samedi 25 août 2012

Introduction

  Voici le complément du blog historique   http://bezusaintgermain.blogspot.com
Les Braves de l'Empereur

La première partie sera consacrée aux hommes de la Garde Impériale. 



   Pour commencer place aux Généraux Curial et Charpentier

(en construction)


Henri François Marie Charpentier

 OIGNY-EN-VALOIS

 


 A gauche de l'église le Cénotaphe du Général Henry Charpentier

Général de Brigade en 1799
Sert en Italie sous Murat et Jourdan
Général de Division en 1804
Chef d'état-major du prince Eugène dans la campagne de 1809 en Italie
Puis à Wagram
Sert en Russie 1812 et en Saxe 1813
s'illustre à la bataille de Leipzig
Est nommé commandant de la Jeune Garde à Paris en 1814
sert à Craonne et à Fère-Champenoise
Comte de l'Empire en 1810.


















A proximité de l'église le Château du XVIe siècle fut sa dernière résidence.








 

Les Champs de bataille du Général Charpentier.

 

1809

Wagram

 

1813

LEIPZIG - Vachau

 

1814

Craonne


Le ravin de Bouconville-Vauclair; il exécuta ce mouvement difficile avec beaucoup d'habileté, et parvint heureusement jusqu'au plateau du Chemin des Dames, où les Russes l'attaquèrent vigoureusement. 


Abbaye de Vauclair

 

Bataille de Clacy-et-Thierret 9 et 10 Mars 1814


Winzingerode, couvrait le village de la Neuville, quand il reçut l'ordre de se positionner en avant de Clacy.


Positions des troupes de Winzingerode avant la bataille de Clacy, à gauche de l'image Protégé par 2 monts, la division Chowansky, au centre la réserve de Woronzoff, à droite le train d'artillerie qui vient de la Neuville et les divisions Laptew et Wuitzch. Woronzoff est hors de vue des troupes françaises en marche vers Laon, et pourtant c'est de ce champ  que les Russes vont concentrer leur attaque sur Clacy, le flanc gauche des Français est menacé. Nous verrons un peut plus tard toute l'étendue de la disposition des troupes de Winzingerode avec les positions de ce dernier à Molinchart Thierret et aux portes de Laon. Il est temps d'entrer un peut plus dans la bataille de Clacy et de voir l'héroïque résistance des troupes du Maréchal Ney dans et autour de Clacy.
Les troupes de Winzingerode marchent sur Clacy.


 A l'extrême gauche de l'image on apperçoit la montagne de Laon, Gneisenau observe le déplacement des troupes russes sur Clacy, il a en réserve plusieurs régiments de Bülow pour servir de masse de rupture face au centre français. Au centre de l'image Worontzoff lance son attaque sur le village de Clacy, place son artillerie sur la droite de la route et fait canonner les maisons; à l'extrème droite de l'image la division Chowansky protéger par les Monts attaque à 10h00 le village de Clacy. Charpentier est harcelé de toute part, sa division est écrasé  quand le soutien arrive avec les divisions du Maréchal Ney. Le front s'étend de toute part entre le chemin de Mons à Laon et en arrière du marais de Clacy à droite de l'image derrière la foret(nous étudierons plus tard avec plus de précisions ces 2 lieux, théâtre des opérations de la bataille de Clacy). Au même moment les troupes de Pierre Boyer se battaient dans le faubourg de Semilly, la ligne de front s'embrase.
Les Russes s'engagent dans Clacy en Colonnes serrées, la mitraille française fait des ravages, mais aussitôt une seconde attaque menée par Chowansky à travers le marais gelé percutent à nouveau les troupes françaises, Ney tient bon, et les Russes sont à nouveaux refoulés hors de Clacy et du marais.
Vers 2h00 de l'après midi après plusieurs attaques, Chowansky renforcé par les divisions Laptew et Wuitzch lance un nouvel assaut aussitôt repoussé par Ney et ses troupes. Ce dernier installe une batterie au sommet de la butte de la Paillasse,  et les Russes sont de nouveaux maltraites. Charpentier aussi, Posté en avant du village n'est pas épargné par cette batterie.
L'empereur arrive, et du clocher de l'église de Clacy il observe le champ de bataille, et fait rectifier le tir de la batterie.


 
Si le sommet de l'Eglise n'est plus d'époque, gageons que Napoléon avait une  vue extraordinaire du champs de bataille. Il voyait le deferlement des Russes sur Clacy, et pouvait voir l'avancée des troupes de Pierre boyer sur Semilly et la porte de Soissons, il pouvait d'un seul regard voir l'étendu du champs de bataille de Laon, par contre impossible de voir du clocher la porte d'Ardon et Athies.

Bataille de Clacy-et-Thierret 
2em Partie

 

Bataille de Clacy

sur la carte - Charpentier sur l'ordre de l'Empereur a lancé sur Clacy ses deux divisions; derrière le général de Montmarie, les 3em bataillons des 3em, 4em, 10em , 11em , 12em Tirailleurs rangés en colonne, pénètrent dans le village de Clacy et ramèneront 250 prisonniers, sans pouvoir se maintenir. Les chefs de bataillons Galois, Vessilier, Godard des 3em, 10em, 11em Tirailleurs, Fremond, Saint Cyrien de la promotion de 1813, 20 officiers, 250 hommes sont hors de combat. Les survivants se replient sur les lisières et bivouaquent à proximité. De Chavignon l'Empereur ordonne un mouvement sur Clacy à Ney Charpentier suivi de la vieille garde de Friant, la cavalerie et la réserve d'artillerie. Sur la carte - La division Colbert à ordre d'appuyer le mouvement du général Charpentier. Colbert  à ordre de surveiller sur sa gauche une route conduisant à Mons en Laonnais, par laquelle l'ennemie pouvait venir et qu'il était important d'occuper ce village avec de l'infanterie. Les Lanciers rouges de Colbert restèrent toute la journée en position et perdirent quelques chevaux par le boulet lorsque l'ennemie tenta en vain d'enlever le village de Clacy.

L'observatoire de Napoléon 10 mars 1814 Eglise de Clacy


Du haut du Clocher de l'église, constatant l'échec de Winzingerode devant Clacy, Napoléon observe sur les crêtes et les versants de la montagne de Laon des mouvements de troupes prussiennes, il en déduit une retraite de Laon. Curieuse analyse de la situation, il lance Charpentier à la poursuite des russes vers la Neuville , Ney vers Semilly et Mortier vers Ardon, portant Les Russes sont toujours devant Clacy, Drouot puis Belliard furent envoyés devant le bois Clacy, pour voir  ou s'étendait la droite russe, pouvais t 'on les déborder !!!, La réponse des 2 émissaires fut négative, après le désastre d'Athies, et l'impossibilité de déloger les Russes de Winzingerode, napoléon prend la décision la plus difficile de cette campagne de France, la retraite vers Soissons.
Pourquoi aucune plaque  ne figurent sur cette église de Clacy pour rappeler ces heures douloureuses de la campagne de france !!!  C’est à Clacy que prend fin de nombreux espoir sur la tournure de cette campagne. Les pertes de cette bataille de Laon sont de 6000 hommes .

PARIS - Porte de la Chapelle

Fichier:Chapelle.Saint.Denis.1814.jpg



Le Général Charpentier.

On n'est qu'à 10 Lieux de "Smolensk, limite de la vieille Pologne et ville de ressources
le Général Baraguey d'Hilliers, gouverneur de la province et le Général CHARPENTIER, commandant de la place,
fourniront aux hommes et aux bêtes de quoi manger, se chauffer, se logernse refaire"

"Le Général Charpentier, "homme vigoureux à la guerre", est nommé commandant d'une division provisoire de jeune
 garde, formée de 22 bataillonns actuellement à Paris.
 Les généraux de brigade Lelièvre de la Grange, ancien écuyer de l'Empereur, héros de Hanau, et Bauduin, aux glorieuses
blessures sont à sa disposition".

"Les dépots de la garde sont étoffés et possèdent des cadres nombreux et solides, Caffarelli en passera une revue minutieuse. On formera
de suite deux nouvelles divisions de Jeune Garde, Charpentier et Boyer de Rebeval les commanderont; ils quitteront l'Armée pour se rendre en poste à Paris
Charpentier organisera son unité avec 12 Bataillons de Voltigeurs et de Tirailleurs. Les généraux de brigade de Montmarie, Lagrange sont
 à la disposition de Charpentier"

"Le , vous aviez 1500 Voltigeurs, 4OOO Tirailleurs, ce qui donne 5000 hommes. Vous en faites partir aujourd'hui 1.000, donc il vous en reste encore 4000. Je suis
fondé à penser que les 5,6,7,8,9 et 10, vous recevrez 6000 hommes de la conscription; donc au 10 vous aurez 10 000 hommes.L'intention de l'Empereur
est que vous répartissiez dans les 20 bataillons tout ce que vous avez de disponible"

... à suivre d'autres documents en cours de maj.

 

 







  

Général

Philibert Jean-Baptiste Curial

CURIAL Philibert Comte
 Saint Pierre d'Albigny, 21 avril 1774
 Paris, 30 Mai 1829

Ce fils d'une vieille famille de notaires s'engage à la Légion des Allobroges en 1792, passe capitaine en 1793,
sert à l'armée des Pyrénées-Orientales puis du Midi avant de rejoindre celle d'Italie. Affecté à l'armée d'Orient,
il est nommé chef de brigade par Menou et est blessé à Canope. Colonel du 88em de ligne en 1803, il sert au 5em corps de la Grande
Armée, à la division Suchet. Major des chasseurs à Pied de la Garde le  1er Mai 1806, il sert à Iena et devient Colonel dans la Garde
le 16 février 1807. En 1807 il est nommé colonel du 2em Chasseurs à pied de la Garde. Appelé en Espagne, il commande la 1re division de Jeune Garde
puis sert en 1809 en Autriche. Commandant la 3em Division de Vieille Garde en Russie puis la 1re brigade de chasseurs à pied sous Friant en Saxe, début 1813.
Il sert à Dölitz, Wachau (Leipzig 1813), puis Hanau, puis il sert pendant la Campagne de France en 1814.
 

 MONCHY-HUMIERES

Petite chapelle renfermant le corps du Général Curial

 








Le château de Honchy-Humieres fut la demeure du Général Curial








 La chapelle est à cotée de l'église et d'une porte du château.








 

Les Champs de bataille du Général Curial

Campagne de 1805

AUSTERLITZ

 Combattit avec distinction à Austerlitz. Sa conduite pendant cette grande bataille lui valut la croix de commandant de la Légion d'honneur, qu'il reçut le 4 nivôse an XIII, et le grade de colonel-major du 2e régiment de chasseurs-à-pied de la Garde impériale.

Campagne de 1807

Eylau

Friedland


Campagne de 1809

Essling












Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire